Le journal des sports
avatar

Un vrai journal sportif bidon pour se bidonner un peu! (de Proteus et Molki)

8 août 2004 (Europe 1)

Le record de spa-Francorchamps vient de tomber sous la barre des 1 min 54 !!!

En effet, Kjeldorius a réalisé au volant de sa McLaren-Mercedes un temps de 1 min 53.932.
Pas de doute, le combat est bel et bien lancé entre le pilote français et le pilote canadien qui se livrent une bataille impressionante sur le circuit belge…
« j’avoue que j’ai eu beaucoup de mal à tirer profit de mon materiel, commente Kjeldorius, la piste était propre mais la température n’était pas très bonne. De plus il y avait un petit vent assez génant. J’ai eu des difficultés avec mon train arrière et et le train avait me semblait peu précis, cependant la voiture a un très gros potentiel.

Je dois dire que je suis déçu pas ce temps très modeste… car on aurait pu faire une seconde de moins je pense, mais avec l’équipe nous allons continuer à travailler pour creuser l’ecart avec Proteus ! L’équipe reste confiante puisqu’on à bien plus de records que Proteus et Molki n’est plus de la partie, donc c’est de bon augure pour nous. »

21 juin 2004 (Rheuter)
Proteus serein

Face aux 5 records que vient d’établir Kjeldorius au volant de sa McLaren-Mercedes, nous avons bien vite voulu savoir quelle serait la réaction de Proteus. Nous avons pu le rejoindre dans son avion privé.

« C’est bien! » a-t-il déclaré. « Il faut bien qu’il fasse ses dents, ce petit! Maintenant regardez bien: aucun de ses records ne menace la Black Knight! Il y a bien Indianapolis, mais je l’ai dit: je ne connais cette piste que depuis trois jours! Pas de quoi pavoiser! »

Il sera intéressant en effet d’observer un vrai duel Black Knight – McLaren! Et il faut bien l’admettre: Ferrari laisse un trou béant dans le combat…

21 juin 2004 (Europe 1)
Kjeldorius, sorti de nulle part, revient avec 5 records en main!

Plus rien n’arrête la McLaren-Mercedes de Kjeldorius ! En s’attaquant à pas moins de 5 circuits en battant tous les records à chaque fois, avec une extrême facilité, on se dit que la tâche va être très dure pour Proteus et sa Black Knight
La foule se prend de passion pour Kjeldorius, et les drapeaux Mercedes flottent dans la foule, toute conquise aux performance du jeune pilote prodige.
Après Europe, France, Imola, Monaco et Indianapolis, le record de Proteus à Spa est déjà oublié.
La bataille s’annonce palpitante et le retrait (temporaire ?) de Molki est d’autant plus regrettable car l’émulation entre ces 3 pilotes serait fantastique pour nous.
20 juin 2004 (Rheuter)
Black Knight trahi par un camion?

On a pu voir le camion qui transporte le bolide Black Knight lors de son arrivée à Indianapolis.

Plusieurs ont remarqué le tracteur de marque Volvo. Y aurait un lien entre la marque suédoise et la mystérieuse Black Knight? Nous avons posé la question aux paddocks.

Plusieurs techniciens sont demeurés cois. Un directeur est cependant venu nous rejoindre pour nous répondre. « Si nous voulions cacher une quelconque association avec Volvo, croyez-vous que nous mettrions le camion à nos couleurs? Le tracteur aurait aussi bien pu être un Kenworth ou un Mercedes, vous auriez les mêmes soupçons… »

Un mystère qui reste donc entier, sauf que… Qui sait!

20 juin 2004 (Rheuter)
Proteus champion à Indianapolis

Aimeriez-vous voir la tronche de Proteus quand il est complètement décontenancé? Demandez-lui simplement ce que ça fait d’être le nouveau champion pro à Indianapolis!

« Vous moquez pas de moi les mecs », a-t-il répondu à voix basse, le visage rouge, après quelques délicieuses secondes de silence gêné. « C’est pas un record, ça! » lance-t-il en pointant son doigt sur le chrono de 1:17.397 qu’il vient de réaliser. Je ne connaissais même pas cette piste, je n’y roule que depuis deux jours! »

Le Canadien a quand même battu un score… « Celui d’un papy reconverti au journalisme! D’ailleurs, il n’est pas parmi vous? Le temps dont vous parlez, on appelle ça une ombre au tableau! On va l’effacer. »

Comment c’est, pour un vétéran comme Proteus, de rouler sur une piste qui lui était jusque là inconnue? « Épatant! Indianapolis est un circuit très technique, mais ultra-sécuritaire. J’ai donc osé des trucs, et j’ai remué pas mal de sable et de pelouse! » fait-il en riant. « D’ailleurs, David (Coulthard) et moi on a joué à « dépasse-moi » pendant quelques heures, je me sens rajeuni de dix ans! »

Cette piste doit quand même avoir quelques défauts? « Bah il faut d’abord se rappeler que le Speedway d’Indy ne m’est pas inconnu, au contraire, j’y ai été champion de Formule Indy en 96 et en 97. Ça m’a fait drôle de retrouver ces bouts de piste que j’ai tellement franchi souvent… Mais il faudrait y refaire le bitume, les techniciens Black Knight et moi, on a beaucoup discuté des frottements du fond de la voiture dans cette section. On devait relever la voiture ou ajouter de la garniture. On a opté pour la deuxième solution. »

« Ensuite, il y a la visibilité. Les courbes sont mal indiquées. Et puis je ne critique pas les arbitres, mais je coupe de façon odieuse sans coup férir et pourtant je suis venu à deux doigts d’avoir le drapeau noir pour contresens alors que je reculais sur la pelouse pour reprendre la piste!!! »

Il y a des rumeurs concernant de nouveaux records de Kjeldorius… « On les effacera quand ils apparaîtront. Pour le moment je ne vois rien de neuf sur le tableau en ce qui le concerne… »

17 juin 2004 (Rheuter)
Ah! Doulce farniente! Mais l’incroyable pilote canadien Proteus, après avoir fait la vie grasse pendant un petit mois, a repris le volant de son unique bolide Black Knight.

Le temps de battre Kjeldorius, et voilà qui est fait.

D’après nos informations, l’étalon noir se dirige maintenant vers Indianapolis pour se payer la tête de ceux qui figurent (temporairement) sur le tableau des records.

Peut-être les concurrents de Proteus auront-ils la sagesse de Molki et se reconvertiront au journalisme. L’humiliation est bien difficile à vivre, quoi.

12 mai 2004 (Europe 1)
Encore 1 nouveau record aujourd’hui après celui d’Allemagne hier…

L’equipe McLaren s’est déplacée en personne sur le circuit de
Spa Francorchamps pour venir se mesurer à la black Knight. Fort du meilleur
Chrono en Allemagne, tout le team est confiant et le travail progressif
donne ses fruits. La séance s’est déroulée sans trop de problème mis à part
la direction qui à donné quelques sueurs froides…

Le temps de 1:54.425 à laissé sur place tous les concurrents présents ! La
McLaren semble être déjà imbattable selon les propos de certains.
D’ailleurs, les rivaux directes, à savoir Molki et Proteus ne répondent même
plus aux annonces et publications de résultats des McLaren…
Que se passe-t-il ?

Prochain déplacement : en France.
Nous verrons bien si la McLaren de Kjeldorius confirme son (énorme)
potentiel.

11 mai 2004 (Molki, nouveau chroniqueur chez Europe 1)
Molki : Alors Kjel, quoi de neuf ?

Kjeldorius : Le développement de ma McLaren s’est fait dans le plus grand secret…. et
n’ayant plus de nouvelles de votre part, je me suis permis de prendre un peu
de bon temps en passant à la moto !
Néanmoins, avec toute l’équipe nous avons travaillé quotidiennement sur
l’aérodynamique de la  McLaren et poussé le bloc Mercedes au plus au point
pour arriver à un résultat satisfaisant.
Encore quelques problèmes de directions et de motricité via l’anti-patinage
réduit faible…

Molki : 1:23.006, voici le temps fait par la McLaren-Mercedes de Kjeldorius en Allemagne… qui
s’installe en tête.
Nul doute, Kjel n’est pas mort, ni la McLaren, ni le championnat !!!

11 mai 2004
Oups ! je crois que j’ai effacé quelques lignes…
26 décembre 2003 (Auto-Sport)
McLaren dévoile sa nouvelle arme

Auto-Sport: McLaren ne participait pas officiellement à ce championnat.
Pourquoi ce changement de situation ?
Kjeldorius: En fait, McLaren préparait en secret une toute nouvelle
monoplace, et cherchait un bon pilote. Ils ont tout de suite pensé à moi…
et sincerement, je suis très content ! Leurs objectifs est de remporter le
plus possible de bestlap ! et donc de finir 1°.

AS: Cette nouvelle voiture à l’air très efficace. Et j’ai entendu dire que
les écuries Ferrari et Black Knight redoutaient la McLaren… Pouvez-nous en dire plus ?
K: Ils peuvent avoir peur! (rires). Molki et Proteus étaient seuls dans leur petit monde, mais ça va changer! Comme vous pouvez le voir, la McLaren à beaucoup de sponsors (ndlr:contrairement à la Black Knight), beaucoup de personnes croient en son potentiel.

AS: Quand la McLaren fera son apparition officielle dans le championnat ?
K: Nous sommes actuellement en essai privé à Imola. Nous faisons des tests de pneus Michelin… Nous développons un nouveau système électronique, et travaillons sur le moteur Mercedes qui est déjà très puissant et fiable. La MPK/17 (c’est son nom), devrait faire son apparition au mieux: le 6 Janvier 2004.

AS: Pensez-vous avoir une chance de remporter ce championnat de Bestlap ?
K: Disons que j’ai toutes mes chances, et que ce n’est pas Molki ou Proteus, et encore moins le jeune Elfe qui m’impressionnent…

AS: Eh bien on a hate de vous voir en piste officiellement !
K: Moi aussi…!!!

26 décembre 2003 (Rheuter)
Kjeldorius demeure invaincu au Brésil

Alors que Elfe s’est inscrit au tableau en Autriche, en Pro, avec un temps intéressant de 1:18.964 au volant d’une McLaren (!), Kjeldorius continue de dominer à Interlagos, toujours en Pro où Proteus a bien essayé, mais en vain, de prendre les commandes des records du circuit.

« C’est encore plus choquant que si je ne m’étais pas approché des temps de Kjeldorius » a mentionné le vétéran Canadien.

En effet, Proteus s’est tout juste glissé derrière la recrue avec un chrono de 1:17.381. L’actuel record est de 1:17.173.

« Inutile de vous dire que ce n’est pas aujourd’hui que je quitte Sao Paulo! », a lancé le pilote avant de tourner les talons. Ça va chauffer!

20 décembre 2003 (Antenne B)
Kjeldorius se présente

Note de la Rédaction:
Nous avons eu la joie de recevoir cette présentation écrite de la main de Kjeldorius lui-même; c’est avec une égale joie que nous la publions!

Je suis Kjeldorius, né en 1982, j’ai donc 21 ans…
Eh oui la nouvelle vague des jeunes pilotes talentueux arrivent ! Yeah

J‘ai commencé par GP1 en 1997, puis GP2 et GP3 ont suivis….
Il y a également eu F197, F1racing, GP4 et F12002 !
J’ai touché aussi à GPlegend, F1WGP, F1Monaco racing simulation, F12000, F199…..ouf !
Et dans un autre registre, CMR1 et 2, Gran turismo 2, Toca Race driver, Vrally, Rally sport challenge, MotoGP2….

Voilà, j’ai donc été en F1, en rally, en tourisme, en DTM, et dernièrement
en moto !
J‘ai réalisé 4 championnats de F1 (saison complète en 100% de distance) :
1999 – F197 (sur Ferrari) : 10 victoires / 15 ppositions / 1° du championnat (100 pts)
2000 – GP2 (Ferrari) : 10 victoires / 16 ppositions / 1° du championnat (109 pts)
2001 – GP3 (Ferrari) : 8 victoires / 15 ppositions / 1° du championnat (88 pts)
2002 – F1racing (McLaren-Mercedes) : 10 victoires / 8 ppositions / 1° du championnat (119 pts)
2003 – Année sabatique après 4 titres consécutifs
2004 – Début de GP4…… (avec essai sur F12002)

Note de la Rédaction:
Pas de doute,  les papis auront de quoi trembler!

19 décembre 2003 (Rheuter)
Le Chevalier Noir continue sa quête

Il brise les records, un à un. Il est paisible, déterminé, fort, imperturbable. Tel un Templier en quête du Saint Graal, il avance, mystérieusement, apparaît, disparaît, insaisissable.

C‘est Proteus sur Black Knight.

Nous avions été invités à Sepang, nous y sommes allés. La bête noire avance sur la piste en ronronnant. Nous sommes 28 journalistes du monde entier, apparemment seuls. Nous entendons un coup sec…

Au loin, dans le flou de la chaleur et de la distance, un vieil homme nous regarde. Puis nous jetons un oeil curieux sur le chrono officiel:

1:39.785. La Black Knight vient encore de défoncer un plancher en mode Pro. Certains d’entre nous se mettent à courir en direction de la championne qui déjà est embarquée dans sa remorque. Loin. Trop loin. Le vieil homme est disparu comme par enchantement.

Ceux qui n’ont pas couru avancent doucement vers le paddock réservé à l’écurie de Proteus. Sur le cadre extérieur du mur sud, une petite feuille est percée et retenue par un poignard. Le plus décidé des collègues retire la feuille. On peut y lire, en cursives:

« Bienvenue Kjeldorius. Rendez-vous au Brésil.
Proteus. »

18 décembre 2003 (Europe 1)
Annonce capitale

Y a-t-il des pilotes respectables  sur ces pistes de Formule 1. En tous cas Kjeldorius  débarque en force. On a pas vraiment idée d’où il vient exactement,mais on espère en savoir plus bientôt. Il a l’air très décidé de laisser son empreinte dans ces colonnes, les autres n’ont qu’a suivre, c’est tout. N’oubliez pas d’aller voir tous ses records en mode arcade et pro !

17 décembre 2003 (Rheuter)
Un grand jour

Melbourne, Australie. Proteus roule à mi-vitesse sur la piste. Dans les paddocks, Joe Attagutalukutuk regarde son poulain. C’est le vieil homme qui nous a téléphonés. A sa voix d’abord, puis maintenant à son visage sérieux, sérieux comme nous ne l’avions jamais vu, le vieux Joe impressionne, intimide.

Quand il se retourne vers nous, son regard est grave. Presque oppressés par tant de prestance, nous arrêtons sur place.

« Vous, regarder », nous dit-il sans bouger alors que nous comprenons que c’est vers le chrono que nos yeux doivent se tourner.

On y lit 1:29.241. Le record absolu a été brisé, après une pleine semaine d’efforts. Et pour la toute première fois, le plancher de 1:30 a été vaincu à Melbourne.

« Black Knight maintenant prête pour guerre », nous dit Joe en se retournant pour nous quitter. Puis nous le voyons lever un doigt au ciel et une voix en écho nous parvient. « Proteus, grand pilote. »

La Black Knight repasse, plus splendide encore à nos yeux.

Sur une table abritée à demi dans le garage ouvert, un carnet. On peut y lire « Rendez-vous à Sepang! Signé: Proteus »

16 décembre 2003 (Rheuter)
Que se passe-t-il avec Black Knight?

Nous sommes retournés à Melbourne, en Australie, où Proteus se trouve toujours, accompagné de Joe Attagutalukutuk qui revient tout juste de deux jours de congé. Où en sont-ils? Molki semble tout rafler, et Proteus semble gelé sur place.

C‘est un Proteus apparemment épuisé qui nous a accueillis, souriant toutefois. « Sacré Joe! Il m’en fait voir de toutes les couleurs! L’approche est complètement différente de ce que j’ai toujours vu. Je réapprends, mais j’ai confiance. Actuellement je roule dans les 1:36, 1:37, ce qui est bien, compte tenu que les paradigmes sont changés. Mais Joe s’attend à voir la Black Knight revenir en force d’ici moins d’une semaine. J’ai confiance et je suis patient. »

Le vieil homme reprend: « Jamais oublier que sagesse inuit être plat qui se mange froid! »

16 décembre 2003 (Europe 1)
Nous avons récupéré des informations capitales

Qui prouvent les excellents chronos de Molki en Australie.

Nous n’avons pu obtenir les temps que des 11 derniers tours, mais quels temps, Proteus est déjà battu 8 fois, il mériterait de ne plus figurer dans les 6 premiers de ce circuit. Merci à Molki pour sa sportivité.

15 décembre 2003 (Rheuter)
Le lapin et le tigre

Un grand igloo. Dehors, il fait -40 à l’ombre. A l’intérieur, un bébé court tout nu sur les fourrures autour du feu. Son grand-papa, Joe Attagutalukutuk, lit les dernières manchettes de MM2 France Sport en les traduisant en inuktitut. De la vingtaine de personnes qui se trouvent ici (la famille de Joe), plusieurs rient à gorge déployée. Les autres rient aussi, mais aux larmes, donc plus silencieusement.

Après avoir retrouvé un semblant de sérieux, le vieux docteur remet le jounal au reporter en disant: « Moi suivre Black Knight en traîneau à chiens. Moi 79 ans. Plus courir! » Puis il éclate de rire à nouveau, suivi en choeur par son clan.

« Black Knight aller lentement parce que moi demandé. Molki, troubles de la vue! Vraiment croire moi courir? »

« Molki, rien compris! Vite, toujours vite! Partout! Comme lapin fou! Ici chasseurs plus rapides sont chasseurs plus sages, plus réfléchis, plus prudents. Comme tigres blancs. Équilibre. Proteus et moi cherchons équilibre avec Black Knight pour ne faire qu’un! »

Un des fils de Joe lance un propos que nous ne comprenons pas, et tout le monde éclate de rire.

« Lui dire, Ferrari très gros budget, briser voitures partout! » Et Joe se remet à rire avec sa famille. « Black Knight, grande réussite. Proteus, grand pilote. Quand sagesse de Joe venir, Proteus tout gagner! Molki tout honte! » Et la famille de reprendre en riant: « Honte! Honte! »

De son côté, Proteus est plus sérieux dans ses réflexions. Son seul commentaire a été: « Je vais finir par croire que Molki souffre de vices pas très catholiques s’il n’arrête pas de regarder mon Esquimau comme ça. »

15 décembre 2003 (Europe 1)
Molki se ballade

Voilà donc notre petit Molki qui décide d’aller narguer un peu le gros Proteus. Il s’installe dans le cockpit de sa monoplace, fait un tour de chauffe, laisse cordialement passer une grosse voiture noire avec un Inuit qui lui coure après, et d’un seul coup d’un seul, il s’élance tel Jules César à l’assaut des Gaulois. C’est pas compliqué, Proteus n’a pas eu le temps de voir qu’il venait déjà d’être doublé.

1:30.104. 4 secondes de mieux que Proteus en Australie. Bâh, c’est comme ça, rien ne sert de courir, il faut partir à point ! Molki est le meilleur technicien pour les réglages de sa Ferrari. Remarquez qu’il a même battu son superbe record d’arcade. Alors il s’est dit il allait battre aussi ses records d’Autriche
(-2 secondes), de Malaisie (-5 secondes) et du Brésil (-2 secondes). Molki est super cool en ce moment, c’est la plus belle ballade de sa vie, et ça va durer longtemps, très longtemps.

14 décembre 2003 (Rheuter)
Ça sent le changement chez Black Knight

Tout laisse croire que l’arrivée du docteur Joe Attagutalukutuk dans l’équipe Black Knight fera une bonne différence. En effet, Proteus a complété un tour de 1:34.289 quelques minutes seulement après les premières manoeuvres de l’ingénieur.

« C’est quand même trois seconde de moins récupérées en un tourne-main grâce au docteur Atgtk….uktkul…uk… grâce à notre nouvel ingénieur. » nous a déclaré Proteus, mi-figue, mi-raisin. « Bon c’est pas un temps à tout casser, mais on sent bien que le meilleur est à venir. »

14 décembre 2003 (Rheuter)
Renouvellement chez Black Knight

Premiers changements dans l’équipe Black Knight! Rendu furieux pour n’avoir pas dépassé le cap des 1:37 à Melbourne, Proteus a congédié son directeur de configuration de la voiture.

« Je visais un temps somme toute modeste, dans les 1:32, voire 1:33, mais ça me prend cinq secondes de plus dans le meilleur des cas. Inacceptable. »

Proteus a donc congédié le spécialiste Japonais Kyoto Tokyo Yokto.

« J’ai sincèrement pensé qu’avec un Japonais à la tête de cette division, je ne me trompais pas. Voiture ultra-rigide, maximum d’adhérence… Puis j’ai compris que j’avais une approche raciste, que la compétence ne vient pas avec la couleur de la peau. »

Proteus a donc engagé un Inuit.

L‘ingénieur de Tuktoyaktuk, le docteur Joe  Attagutalukutuk s’y connaît en pilotage de souplesse. « Vous autres, du Sud, toujours pressés. Aller vite, toujours raides, stressés », nous affirme-t-il, en riant. Puis, avec une petite révérence, il nous cite ce vieux proverbe esquimau:

« Heureux celui qui sait prendre son temps pour aller plus vite! »

Une telle philosophie pourrait bien donner des frissons dans le dos des adversaires de la Black Knight.

12 décembre 2003 (Christian Doctorat)
Mais où est Elfe?

Plusieurs se demandent depuis quelques temps où est passé le jeune et prometteur Elfe, qui à 17 ans seulement commençait déjà à briller dans le monde de la F1 professionnelle. Même son écurie, Jaguar, rendue célèbre par Molki qui a cru bon de les honorer d’un titre de champion du monde à sa dernière année de contrat, ne sait pas où le trouver. La réponse se trouve à Victoriaville, au Canada. Après la présentation de la nouvelle écurie de F1, Black Knight, j’ai cru bon de profiter de l’occasion pour essayer de retrouver la jeune vedette, après avoir profité de quelques contacts que j’entretiens à Montréal j’ai pu rencontrer sa sœur. Bien sûr la frangine ne voulait pas parler, j’ai gardé mon calme et retenu mes baffes, ou plutôt « claques » selon l’expression populaire ici, et les réponses ont fini par venir. L’argent ne rend pas heureux mais ça fait parler les gens.

Un tour dans un kiosque d’information de Montréal et me voilà en possession d’une carte de la province, un autre petit tour de taxi et me voilà finalement au volant d’une voiture dont la plaque minéralogique arbore le Je me souviens dont on ne sait plus trop la provenance. Une petite recherche sur la carte sur laquelle je finis par trouver de peine et de misère, VICTORIAVILLE, environ deux cents kilomètres de route selon la légende, et me voila parti.

Ce n’est pas sans surprise que le jeune Québécois, Français de naissance, m’accueille. Un instant j’ai eu peur de me faire virer de bord, mais il reconnaît le bon vieux reporter des paddocks que je suis. Je passe la tête à l’intérieur de son modeste refuge victoriavillois, une surprise m’attendait: un Proteus assis silencieux sur un luxueux fauteuil bleu présent dans la demeure du cadet des pilotes de F1. Finalement je réussis à convaincre Elfe de bien vouloir me parler en présence de mon microphone.

Après avoir déposé son livre montrant des images de somptueux jardins se situant à Haïfa en Israël il m’indique qu’il est pret à commencer, pour sa part Proteus accepte de se faire silencieux.

 » Non, je l’avoue, je n’ai signalé à personne mon départ, j’ai pris congé de mon écurie sans avertir mon patron, il est vrai que vers la fin les relations était un peu tendues entre moi et lui, il me réclamait de meilleurs temps tandis que moi je lui réclamais une meilleure voiture, mais bien sûr la voix du pilote est souvent moins forte que celle du directeur, j’ai donc décidé de quitter. Je n’avais pas envie de vivre dans un tel climat, j’ai toujours prôné que je ne voulais pas vivre avec un imposant stress et je n’avais tout simplement pas l’intention de commencer. D’ici peu je ferai parvenir à mes patrons une lettre par mon agent, je ne serai pas de retour sur ce volant. J’ai donc décidé de prendre quelques temps de repos chez mes parents pour réfléchir à ma carrière. Je ne peux pas nier avoir eu quelques discussions secrètes avec quelques écuries dans le but d’enfin obtenir un volant à la hauteur de mon talent mais pour le moment je prends un peu de bon temps. »

Et c’est rassasié que je m’en suis retourné après un dîner en toute simplicité en compagnie des deux pilotes canadiens, c’est une réponse qui m’a inspiré encore plus de questions mais je suis heureux, Elfe a confirmé son possible retour pendant le temps des fêtes. Me voici repris d’excitation, la lutte à trois pour le titre du meilleur pilote allait bientôt reprendre.

J’entends les pneus qui touchent le sol, me voici de retour en France avec de bonnes nouvelles, il ne nous reste qu’à attendre le temps des fêtes qui pourrait être rempli de beaux cadeaux pour les amateurs de F1.

Une questions me trotte tout de même dans la tête depuis que l’avion décoré de la feuille d’érable rouge a décollé de Montréal : quel volant accueillera la jeune sensation à son retour?

10 décembre 2003 (En direct avec le jet privé de Molki)
Biiip, salut les fans, j’ai carrément oublié de prendre ma valise au Japon. J’y retourne vite fait d’urgence, car dedans il y a la bande de la véritable histoire de Proteus et de Molki.Promis que demain j’étale cette histoire au grand jour, hahaha, hohoho, hihihi !!! Qu’est-ce qu’on se marre, c’est dingue ! Crouic, A vous les studios, biiiip.
9 décembre 2003 (Rheuter)
Australie: Proteus se paie la tête de Molki

Le tour des circuits recommence pour Proteus, et cela débute par l’Albert Park d’Australie. Et en moins de temps qu’il n’en faut pour rédiger un article sur le sujet, Proteus a donné une leçon d’humilité à Molki.

En effet, à peine a-t-il débarqué sur la piste qu’il a complété sans aucun réglage, et cela était évident, un tour de 1:39.371, battant le meilleur temps de son adversaire le plus coriace, si l’on peut dire.

Voici le reportage de Christian Doctorat.

9 décembre 2003 (Rheuter)
L’histoire de Proteus: on veut bien voir

Alors que Proteus se consacre à des causes humanitaires, Molki n’a d’autres ambitions que d’être le plus fort, partout, tout le temps. C’est le coeur plein d’appréhension que nous sommes allés rencontrer le colérique pilote canadien qui nous a accueilli avec son sourire toujours aussi désarmant.

« Hoooo! Molki prétend raconter mon histoire? J’ai bien hâte d’apprendre les détails croustillants de mon existence, Molki va m’apprendre bien des choses! (Rires) »

Plus sérieusement, le Canadien se dit prêt à relever ce défi-là aussi, nous révéler son histoire, si Molki se lance dans la fantaisie. En attendant Proteus se dérouille les jointures pour remettre les pendules à l’heure concernant le tableau des records de vitesse, et le potentiel de la Black Knight.

2 décembre 2003 (Europe 1)
Molki est de bonne humeur !!!

Tout ce que Molki entreprend, lui réussi. Depuis une semaine Molki à fait le tour du monde dans son nouveau jet privé, il est allé à Spa, à Magny cours, à Silverstone, à Sepang, au Canada, à Monaco, aux USA, et à Imola, et à chaque fois, il a battu le record de piste Pro. Il s’est éclaté de rire à l’annonce du record

de Proteus au Japon et nous à déclaré : « Un jour je vous raconterai la véritable histoire de Proteus, et vous comprendrez mieux ce qui m’amuse. Pour ce qui est de la Noiraude (c’est ainsi que Molki appelle la Black Knight) je trouve qu’elle est vraiment pas au point cette voiture, elle est belle certes, mais sa place serait mieux dans une décharge d’ordures. Et c’est pas par hasard qu’elle n’a aucun sponsor, Proteus n’a même pas assez de fric pour coller le numéro de la voiture ! ».
Molki nous promet de la bagarre, nous sommes partant.

1 décembre 2003 (Rheuter)
Quand le capitalisme rime avec humanisme

Tout le monde le sait, le Japon a bien vite appris des principes libéraux de l’Amérique, à telle enseigne que les dollars y pleuvent. Il ne faudrait donc pas se surprendre que Proteus a pu recevoir un montant d’argent plus que respectable pour réaliser le rêve de ce pays d’Asie: voir la Black Knight effectuer le tout premier tour en mode Pro à Suzuka.

Ce n’est pourtant pas le profit qui a attiré Proteus vers cette offre qui ferait l’envie de toute concurrence.

« De l’argent, j’en ai assez pour me payer ma propre écurie de F1. Que puis-je demander de plus ? » demande le pilote canadien.

Alors, pourquoi ce voyage ? « Eh bien, pour la somme offerte! » lance Proteus en riant. C’est une somme entièrement offerte à l’Unicef qui parrainera tout un village africain qui vit actuellement dans la plus sombre des misères.

« Nous aurons de quoi fournir de l’eau en creusant des puits, mettre au point des techniques d’agriculture respectant les valeurs autochtones, créer des hôpitaux, des écoles, une petite industrie locale, un plan de marketing pour assurer la prospérité et l’emploi », continue l’affable Canadien. « Cela part d’un seul village mais devrait avoir en toute logique un impact majeur sur toute une région de l’Afrique de l’Ouest. »

Et quel est ce village chanceux ? Le Canadien a montré beaucoup de scrupule à cette question. Des rumeurs parlent du village de Ng’é, au centre du Nibériongo d’Ivoiria.

« Vous savez, je n’aime pas qu’on m’octroie des mérites alors que j’ai plaisir à faire ce que je fais » avoue humblement le généreux pilote.

N’empêche, il a honoré les Japonais d’un temps très respectable de 1:44.098

Un reportage vidéo de Christian Doctorat est disponible. Pour le voir, cliquez sur l’un de ces liens: Modem 56k Connection rapide

23 novembre 2003 (Rheuter)
Rétractation

Nous retirons les propos publiés le 9 novembre sous notre signature, dans l’article intitulé « Proteus ne s’amuse plus ». En effet, nous avons commis une faute grave d’éthique professionnelle, en prenant parti pour la Scuderia au détriment de Proteus et de l’écurie du Chevalier Noir.

Deux erreurs de jugement ont été commises par notre ex-collaborateur, propos duquel nous sommes responsables, et nous nous en excusons. D’une, celle de prendre parti, et de deux, celle d’encourager une équipe mafieuse grimée d’un parigot de campagne, alors que tout le monde sait qu’objectivement, Proteus est le héros de l’histoire et que la Black Knight est imbattable par nature.

23 novembre 2003 (Collaboration spéciale de Christian Doctorat)
La Black Knight fait son entrée officielle au Canada

Ile Notre-Dame, à deux pas du centre-ville de Montréal. Les estrades du circuit Gilles Villeneuve sont pleines à craquer. Mais plus encore, avec l’entrée libre, les bords de la piste sont noirs de fans de Proteus, assoiffés de découvrir enfin la Black Knight, l’événement du jour, offert gratuitement. Partout des caméras, des appareils vidéo… J’ai quand même pu me tailler une place près de la barrière protectrice, au milieu du long droit qui termine le tracé montréalais.

Partout, on parle. Des propos à l’emporte-pièce, bien sûr, mais aussi des rumeurs, souvent fausses, des exagérations, des scoops, tout se confond en un grondement puissant, telles les vagues d’une mer démontée qui se brisent sur les rochers de la côte. Car il y a tellement de monde, tellement de monde. Et la puissance de l’enthousiasme collectif se ressent au tréfonds de mon poitrail, comme un courant électrique qui me paralyse, mais nourri par l’anticipation du plaisir de voir cet engin qu’on dit si formidable.

Soudain, un cri. Non, un feulement, suivi d’une longue plainte, un miaulement. Mais d’une telle force qu’il se répercute tantôt sur les buildings du centre-ville, tantôt sur le tablier du pont Jacques Cartier, tantôt sur les berges de la rive sud du fleuve Saint-Laurent. Le chant nous provient de partout à la fois, et à mesure que le silence se fait dans la foule, la tension augmente. La bête s’annonce.

Toujours ce chant retenu, cette splendide musique mécanique qui nous parvient en ambiophonie aux caprices du relief. Aussi ne saurions-nous dire où se trouve exactement le fauve. Disons-le, il y a quelque chose de félin dans ce mouvement sonore qui nous couvre et nous surprend de seconde en seconde, laissant ici et là quelque vague impression que le chef-d’œuvre que nous verrons se déplace peut-être derrière nous, lentement, de notre droite vers notre gauche.

Puis, tout à notre gauche, très loin, le chant se meurt. Enfin la bête apparaît, tout juste visible à l’œil nu, à l’épingle. C’est assez pour qu’un frisson me parcoure, multiplié dix fois, cent fois par les autres témoins de cette brève apparition. Le silence est presque convulsivant. Le miaulement reprend, à la fois puissant et pacifique. L’engin disparaît un instant sous le sol qui se creuse légèrement à cet endroit. Puis il s’approche et réapparaît graduellement à la ligne d’horizon, par cette froide journée de novembre quelque peu tiédie par un soleil qui n’a pas encore complètement abandonné la lutte aux morsures de l’hiver canadien.

Elle s’approche, nous la voyons, nous la distinguons de mieux en mieux, et nous en savourons chaque instant. Le moment est magique. Le chant du moteur, pourtant au ralenti, est si puissant qu’il se transforme presque en cri. Le destrier, tenu en bride par le héros canadien Proteus au casque d’or, se présente devant nous enfin, ne dépassant pas 70 km/h. Nous avons tout le temps de photographier, de filmer, d’admirer, puis, la voiture s’éloignant, d’applaudir au spectacle.

C’est fini. Tous, nous devrions quitter, mais personne ne bouge. Personne ne parle. Le moteur ne se laisse plus que deviner. Pourquoi cette paralysie collective ? Le tour est fait, la Black Knight est maintenant officiellement admise dans les rangs privilégiés de la Formule 1 de sprint. Déjà, un doute.

Le moteur aurait dû s’éteindre, nous laissant seuls à notre rêve. Pourtant non. Le fauve rugit soudain. Nouveau frisson, plus aigu encore. Non, ce n’est plus un miaulement. C’est la puissance qui s’est trop retenue. Le relief nous envoie des hurlements qu’on ne saurait trop interpréter. Rien de cela n’était prévu, mais laisse anticiper autre chose.

Nouvelle apparition à l’épingle, nouvelle disparition sous l’horizon de bitume, puis l’animal réapparaît, rapide, souple, allant de gauche à droite, de droite à gauche, zigzaguant avec un visible plaisir, comme le lion qui s’amuse avec sa proie vaincue : le maître chauffe les pneus de sa monture. Je sens l’air froid mordre mes yeux agrandis. Un cri dans la foule, une levée, une ovation. On sait. Il reviendra.

Mais l’expression d’enthousiasme de la foule est soudain écrasée. La foudre est tombée sur elle; la Black Knight vient en effet de bondir dans un effrayant cri dominant tout l’espace. La rage du moteur est terrible, assourdissante. Des enfants pleurent, réconfortés par les parents. Et pourtant la bête est encore loin. Un court répit. L’épingle. Puis le lion relève la tête et rugit à nouveau, en notre direction. A peine cette fois avons-nous eu le loisir, pour peu que notre vue soit pourvue de cette acuité qui perçoit l’infiniment rapide, de voir la voiture disparaître dans le petit creux. La voilà, mais le tonnerre est tellement puissant que mon regard se fixe et que, pendant ces quelques centièmes de seconde, je n’arrive pas à voir le passage du coursier débridé. Celui-ci disparaît déjà à l’horizon, de l’autre côté, laissant tous les amateurs ébahis, livides, perdus devant ce spectacle inattendu, cadeau de Proteus.

Le temps du tour sera affiché, 1 :18.575, et plusieurs secondes, je crois, se seront écoulées ensuite avant même que la foule ne réalise la valeur de ce cadeau. Qu’aurait été cette démonstration si Proteus ne nous avait pas offert un nouveau record pour le circuit ? Les plus ardents partisans de la Black Knight ont les larmes aux yeux. Et pendant que le Chevalier a déjà quitté sa monture sous les signes amicaux, poignées de mains, embrassades des membres de l’écurie, la foule se retire enfin, fatiguée, émerveillée, émue, prête à recevoir ce que la Black Knight vient de leur promettre. Une gloire internationale.

19 novembre 2003 (Europe 1)
Molki dépote

Voilà qui est fait, Molki ne s’arrête plus, et bat record sur record en mode pro. Voyez ça, le record de vitesse à 371 Km/h au Canada, et les meilleurs tours, au Canada, en Autriche et en Italie.

Pendant ce temps Proteus est en vacances, quel chanceux !
En attendant, Molki prends de sacrés risques : Tiens, en Italie il est passé par dessus la barrière de sécurité et s’est retrouvé bloqué dans les gradins :

Le pire c’est produit à Silverstone, ou après de sérieux têtes à queues, Molki à brûlé le moteur de sa Ferrari !

C’est pas si facile que ça la conduite en mode pro, mais ça ressemble vraiment à de la Formule 1. Ca ne vous donne pas envie d’essayer ?

François Larange, pour Europe 1

9 novembre 2003 (Rheuter)
Proteus ne s’amuse plus

Qu’on se le dise: La Black Night a attrapé froid dans le dos. Molki est enfin passé en mode pro, et il s’est entraîné comme un fou… au Canada, chez Proteus. Hier, après une dizaine de tours seulement, il est passé de 1:40.038, à 1:24.856. Il est alors rentré se coucher. Ce matin, il a repris son entraînement, plus confiant que jamais, après seulement 2 tours, il bat déjà Proteus avec un beau 1:21.773, puis une dizaine de tours après, une fois encore, il s’envole vers des sommets, et atteint presque son record d’arcade, avec un superbe 1:19.725.

Molki est persuadé qu’il peut passer la barre des 1:15. « La voiture est formidable, au début j’avais du mal à passer les vitesses en tournant le volant, mais je me suis laissé envahir par l’ambiance, et tout c’est bien passé. Pourtant je trouve que j’ai encore des progrès à faire, surtout dans le virage Senna, ou je peux à l’aise gagner quelques secondes et battre alors le record absolu de la piste. » Proteus n’a qu’à bien se tenir, le rouge bouffera bientôt du noir. Même nous, chez Rheuter, on y crois fort à Molki, très fort !

8 novembre 2003 (Rheuter)
Proteus s’amuse

Qu’on se le dise: La Black Night donnera froid dans le dos des Molki, Elfe et autres aventuriers qui s’y frotteront.

Proteus est en effet passé par Silverstone aujourd’hui où il a littéralement massacré le record de piste avec un temps à couper le souffle: 1:22.568, soit presque 10 secondes plus vite que l’ancien record toutes catégories confondues.

Le pilote et son pur-sang se sont ensuite rendus au Canada où ils ont complété le circuit Gilles-Villeneuve en 1:22.495. Un temps qui ne bat pas le record détenu par Molki en Arcade, mais qui non seulement impose le respect, mais promet de chaudes, très chaudes luttes.

Et tout ça avant même le tour de présentation officiel de la Black Knight, que Proteus tenait à effectuer chez lui sur le circuit de l’Ile Notre-Dame.

8 novembre 2003 (Rheuter)
Une nouvelle pièce dans l’échiquier

On s’ennuie rarement avec Proteus dans le monde de la F1. Invités à une conférence de presse par Proteus en personne sur le site du Nurburgring, nous sommes repartis de là avec les réponses à nos questions, mais néanmoins insatisfaits tant la stupéfaction nous cloue le bec.

Proteus s’est présenté seul, souriant, dans un magnifique uniforme noir et or, arborant un casque presque entièrement doré. Derrière, un grand poster montrant une monoplace toute noire, et un nom: Black Knight (Chevalier Noir).

Aucun sponsor en vue, ni sur le costume, ni sur la voiture. Aucune marque de commerce, aucune identité, sauf le nom de Proteus lui-même sur le devant du casque, et un emblème héraldique.

Curieux, curieux, curieux.

D‘entrée de jeu, Proteus nous annonce qu’il a quitté Renault, et qu’il a fondé sa propre écurie. Black Knight, cela va sans dire. Mais que se cache-t-il sous le nom? Qui est le carrossier, le motoriste? Secret total.

Et les sponsors? D’où provient le budget? « De moi. » nous répond le pilote du tac au tac. Et des contrats privés que Proteus entend signer avec différentes compagnies intéressées à essayer des technologie de pointe. « Vous comprendrez, messieurs, que si je vous divulgue l’information, je la divulgue du même coup à la concurrence. Je n’en ai aucune envie. Comme je n’ai plus envie de servir de pilote d’essais farfelus. C’est moi qui choisirai les nouveautés à tester, que ce soit pour l’aviation ou pour les grandes compagnies automobiles. »

Comment savoir si la voiture est légale, conforme aux normes de la FIA? « La FIA a déjà inspecté la voiture. Elle est absolument conforme. Le modèle et le motoriste sont reconnus pour leur leadership dans la Formule 1, mais il est stipulé dans notre entente que rien de leurs contributions ne sera rendu public. »

Pourquoi avoir quitté Renault? « Vous ne lisez pas les journaux? Plus sérieusement, la Renault est une bonne voiture de course. Pour le type de compétitions auxquelles je participe par contre (le sprint), elle se révèle lourde et peu puissante. J’avais besoin d’une voiture très rapide, très stable et très puissante pour quelques tours. Le fait est que si j’avais à faire une course au complet, la Black Knight aurait besoin d’être calmée un peu. Après quelques efforts impressionnants, comme vous pourrez en juger, le moteur faiblit. » avoue le pilote.

Que signifient les armoiries que porte le pilote? « Ce sont mes armoiries. On m’a déjà qualifié d’Américain. Voici ma réponse. Je suis Canadien, sujet de la Reine d’Angleterre, je ne m’identifie pas du tout aux États-Unis d’Amérique. » N’est-ce pas un peu gros comme réponse? « N’ai-je pas le droit d’être fier de mes origines? »

Et à travers tout ça, la machine à rumeurs tourne toujours. On dit un peu partout, plutôt secrètement, qu’Elfe aurait lui aussi changé d’écurie. Rien n’est confirmé. Mais bien que nous ne sachions plus où donner de la tête, nous tâcherons de rester aux premières loges pour plus d’information.

7 novembre 2003 (Rheuter)
Le torchon brûle chez Renault!!!!

Difficile de mieux se rendre compte de la situation: la voiture de Proteus, toujours tenu par son contrat, a traversé le ciel de Monte Carlo en flammes aujourd’hui.

Toujours propulsée par un moteur à énergie nucléaire, la monoplace a démarré avec une telle puissance qu’il était facile de se rendre compte qu’elle serait incontrôlable. Un témoin digne de confiance nous a d’ailleurs révélé que le radar contrôlant la vitesse de la voiture indiquait « Error ».

Comme prévu, l’accident n’a pas tardé: après avoir violemment heurté le muret de protection sur une portion élevée du circuit, la Renault atomique a continué sa route en droite ligne. On l’a repêchée 3 km plus loin.

Proteus, qui s’en tire avec un bon refroidissement, a été laconique mais tranchant dans ses commentaires à la presse: « J’en d’ai barre d’avoir l’air d’un d’imbézile avec cedde égurie à la TCHOUBB!!! »

A vos souhaits, Proteus…

7 novembre 2003 (Rheuter)
Mystère…

Voici une photo qui en a laissé plus d’un bouche bée aux bureaux de MM2 France Sport.

Le cliché, apparemment parvenu du Nurburgring, nous révèle clairement (agrandissement) une monoplace noire, peu sponsorisée, conduite par un pilote portant un casque jaune ou doré.

On se perd en conjectures. Un événement spécial nous attend-il au fil d’arrivée de ce mystérieux engin? Comptez sur nous pour trouver le fin mot de l’histoire!

6 novembre 2003 (Rheuter)
Une bombe à Monte Carlo!!!!

Regardez bien, cette image, c’est du jamais vu à Monaco. Une véritable explosion!

Terrorisme? Non pas. Il s’agit d’un prototype Renault, dans les stands, qui a littéralement explosé. Le malheureux qui se trouvait à son volant était nul autre que Proteus, forcé par une obscure close de son contrat à essayer tous les nouveaux prototypes créés par l’écurie.

Or le prototype en question était, tenez-vous bien, une Renault à propulsion… nucléaire! La véritable fusée potentielle n’a pas fait un seul tour de roue, mais l’idée est-elle si mauvaise…

Des blessés? Des morts? Aucun, par miracle! Si ce n’est Proteus lui-même qui est handicapé par une légère conjonctivite du métatarse droit. La quantité de rayons X émis ne représente pas de danger pour la santé. Cependant, dans le cas de Proteus, on a pu procéder à un véritable examen médical complet sur place, le « Guide Renault du Conducteur » trouvé sous le tableau de bord ayant été transformé en véritable collection de radiographies du pilote.

Proteus serait, dit-on, d’humeur massacrante. Chez Renault, nous n’avons pu obtenir de commentaires.

5 novembre 2003 (Rheuter)
Proteus déçu

« C’est quand même pas croyable » nous a lancé le bouillant pilote canadien d’entrée de jeu, lorsque nous l’avons revu pour la première fois depuis son congé. Il était dans les paddocks, prêt à refaire quelques tours de piste. Peu prometteurs.

« Nous avons retourné en long et en large à peu près chaque pièce de la voiture, et je n’ai même pas réussi à prendre une seconde sur mes tout premiers pas sur ce circuit! » lança-t-il, commentant ainsi son record, très décevant il est vrai, de 2:00.345.

A qui la faute? Au pilote? A la voiture? « J’ai complété pas moins de 150 tours, peut-être 200. Je connais cette piste par coeur, et j’ai complété d’excellents tours compte tenu de ce que la Renault a su me donner. » Voici qui en dit long.

Et Proteus a-t-il un avis sur l’intrusion d’Al Qaïda chez Renault? « Pas de doute que c’est assez moche pour l’image de l’écurie… »

De toute évidence, le climat est plus sombre chez Renault ces temps-ci… Son horaire lui laissant deux jours libres, Proteus a été invité à essayer quelques innovations techniques à Monaco, avant d’entreprendre ses premiers essais à Suzuka, au Japon.

4 novembre 2003 (ASP)
Terrorisme en Belgique

Profitant de l’absence de Proteus qui souffrirait actuellement d’une phlébite du pancréas, deux membres de l’équipe Renault ont fait des manoeuvres aussi incroyables qu’apeurantes. En effet, le pilote remplaçant et un technicien ont modifié la voiture de Proteus dans le but de commettre un acte de terrorisme. Le pilote Biélorusse Ali Muhammad Ahmed Effendi et le Mongol Shoghi Abdu’l Mustapha ont tenté, en inversant les ailerons de la F1, de s’attaquer au Centre des Congrès de Liège, et ont bien failli réussir.

Heureusement, ils auront visé un peu court et le kamikaze se sera retrouvé dans le fleuve de la Meuse, d’où il a été arrêté, son comparse déjà attrapé à SPA-Francorchamps.

D‘après les forces de l’ordre, il s’avère que les terroristes sont tous deux d’origine afghane et membres du groupe Al Qaïda.

3 novembre 2003 (Europe 1)
Molki défraye la chronique

Presque rien à dire à propos de la formidable épopée de Molki sur l’ensemble des circuits de F1 2002, des tas de records sont tombés, à croire que ces circuits sont trop simple pour lui. Quelques remarques cependant à propos de la Hongrie, où Molki n’a pas réussi à faire mieux qu’avec sa Jaguar, de Silverstone où il n’a que peu amélioré son dernier chrono (est-ce dû au fait que c’est le circuit d’entraînement de Renault ?), de l’Allemagne où ces résultats sont là aussi décevants (Il faut dire que Molki déteste cette piste). De toutes façons, 3 circuits où il perd la course, sur les autres où il les gagne, son succès est désormais assuré.

François Larange, pour Europe 1

1er novembre 2003 (Europe 1)
Ferrari & MM2 France

On voyait bien que Molki était en grande discussion avec le patron de l’écurie de Ferrari depuis quelques jours, tout le monde se demandait ce qu’il allait se passer, personne ne pouvait imaginer ce la finalité de ces négociations. Ferrari à accepté un nouveau sponsor, j’ai cité MM2 France. Le célèbre site Internet va, dès aujourd’hui, monter sur les plus hautes marches des podiums, grâce à Molki. Apparemment il n’en est pas de même chez Renault, pourtant mené par le non moins célèbre Proteus, lui aussi président de MM2 France. Pour fêter cet évènement, Ferrari à organisé un cocktail sur le circuit de Spa Francorchamps, et Molki à fait quelques tours de présentation avec sa monoplace. La Ferrari  a désormais une fière allure. Il est à noter que Molki en a profité pour changer aussi les couleurs de son casque.

François Larange, pour Europe 1

1 novembre 2003 (Rheuter)
Gloire en Belgique

C‘est avec un chrono de 2:01.104 que l’as Proteus a établi le record de piste de Spa Francorchamps en mode Pro tôt ce matin, faisant du même coup la nique au Français Molki, champion du mode Arcade.

« Quel repos! » s’est écrié le héros. Depuis Monaco, « J’ai l’impression d’être passé d’une piste de go-kart à une autoroute! »

En aurait-il déjà terminé avec la Belgique? « Que non! Il ne s’agissait là que des tours de prise de connaissance, et j’ai jusqu’ici mis la priorité sur la sécurité, question de soigner un peu mes bobos. Demain, je mets la pression, et je passe aux derniers réglages. »

Voilà qui promet, et qui ne sera pas sans relever le niveau de défi pour les adversaires du champion canadien…

31 octobre 2003 (Rheuter)
Drame au Brésil

Pressentant le potentiel du circuit d’Interlagos pour la course au record de vitesse pure, Proteus s’est rendu en Amérique du Sud où il a multiplié les prouesses en mode Pro, jusqu’à ce qu’un malheur vienne mettre fin à ses efforts. En effet, la Renault s’est retrouvée en plein dans les gradins, heureusement vides, après avoir violemment frappé un mur de béton.

Les nouvelles quant à la santé de Proteus sont bonnes. On parle d’une subluxation du coccyx. Une rumeur non confirmée suggère aussi un ongle cassé. Un bon chiropraticien, une manucure et hop! De retour au boulot.

Saisissant cliché du premier contact de la Renault contre le mur, à Interlagos aujourd’hui. Le radar indiquait plus de 350 km/h à ce moment.

31 octobre 2003 (Europe 1)
Molki à l’assaut de l’Amérique

François – Molki, vous êtes parti de vous même en amérique ?
Molki – Oui, c’est vrai que je préfère les circuits européens, mais Proteus et Elfe étant Canadiens, je me devais de leur montrer comment je m’appelle sur leur terrain.
François – Vous êtes au courant qu’il n’ont toujours pas de record aux USA ?
Molki – Oui, et j’en suis tout à fait surpris, surtout de la part de Proteus, c’est un américain avant tout, et qu’il ne me parle pas de blocage à la frontière à cause de l’anthrax, je suis passé sans problème.
François – Alors, Indianapolis, ça c’est passé comment ?
Molki – Je suis reparti sur la base de mes réglages de Monza, j’ai changé quelques paramètres, puis j’ai battu 3 fois mon record. Je n’aime pas trop cette piste, surtout la partie en anneau qui n’a aucun intérêt de pilotage.
François – Ensuite vous êtes allé directement au Canada ?
Molki – Oui, j’avais déjà pas mal tourné sur ce circuit, que finalement, j’aime assez. Bon j’ai eu un petit problème de direction, au bout de la ligne droite des stands, j’ai quand même fait un tonneau !

Mais bon, on a travaillés dur avec toute l’équipe, pour remettre la voiture en état, et je suis reparti frais comme un gardon.
François – Et vous avez battu plusieurs records ?!
Molki – Tout à fait, celui de la piste, sans trop de tâtonnement de réglages, puis un peu plus tard, je me suis attaqué au record de vitesse de F1, tous les ailerons à 1, la boîte comme il faut, etc.
François – Le plus drôle, c’est que vous n’avez pas gagné de temps au tour pour autant.
Molki – C’est logique, sans braquage d’aileron, la voiture est totalement instable dans les virages, mais par contre dans le Droit du Casino, j’ai atteint 365 Km/h alors que dans le détail de la piste, le Droit est donné pour 325 Km/h ! En fait vous comprendrez que pour gagner des secondes au tour, il faut juste aller vite dans les virages, c’est là que tout se joue.
François – Molki, je vous remercie de m’avoir accordé quelques instants.
Molki – C’est moi.

François Larange (Europe 1)

(PUB)

Une F1 qui sait pas fumer, c’est pas une vraie F1
Un mec qui sait pas fumer…



Un message de la coalition d’ organismes « Ça Va Fumer » contre l’action des coalitions d’organismes
contre lesproduits du tabac.

30 octobre 2003 (Rheuter)

Elfe frappe encore
Collaboration de Christian Doctorat

Elfe a de nouveau frappé. Cette fois ce fut à Monza en Italie et à Monaco non loin de là. Elfe a commencé la journée sur le grand prix de Monza tôt ce matin avec un seul but en tête, repartir avec une place numéro un chez les chronos.

Mission accomplie, avec 4 secondes retranchées à l’ancien temps de son concitoyen Proteus, puisque Elfe a refusé de qualifier l’autre pilote de F1 canadien comme son confrère : « Vous savez un confrère c’est quelqu’un qui a du talent mais chez Proteus, où est le talent? » Elfe a ainsi réussi un chrono de 1:35.494 alors que l’ancien temps était de 1:39.992. Appelé a commenter son temps Elfe a répondu simplement : «Y’a rien là! »

Plus tard après un copieux repas dans un restaurant italien Elfe s’est dirigé vers Monaco, il aurait affirmé avoir envie de jouer un peu son argent au Casino. Après quelques frustrantes pertes d’argent il a alors décidé d’aller conduire en ville, quoi de mieux qu’un p’tit tour sur la piste du Grand Prix de Monaco. Résultat : 1 :40.283 inscrivant ainsi le premier record de cette piste sous la barbe de Proteus, lui qui avait callé sur la ligne de départ. De nouveau interrogé sur ses succès, Elfe a répondu qu’il aimait bien Monaco. « J’aime beaucoup Monaco, c’est une belle ville et la piste est un excellent défi, mais j’ai eu très peur quand j’ai failli heurter la voiture de Proteus qui s’était arrêtée dans le tunnel pour admirer le décor. Force est que je dois me répéter, il y a un certain âge à partir duquel on devrait leur retirer leur permis… »

29 octobre 2003
Molki a eu du temps, beaucoup de temps pour régler intelligemment sa Ferrari, et nous a battu 4 records de piste ce week-end.

  • Il était sur place, en Italie, et s’est mis en tête de battre tous les records de vitesse de pointe et du même coup, son temps au tour. Le résultat est stupéfiant : 359 Km/h pour un tour en 1:25.190. Proteus a intérêt à s’y remettre, sinon il courre à sa perte.
  • Sepang, un circuit que Molki n’aime pas trop, mais sa performance ne laisse aucun doute sur ses qualités de technicien pilote. Presque 7 secondes au tour de gagné sur le petit Proteus.
  • A1 Ring, un des circuits préféré de Molki, c’est là qu’il excelle, un circuit moderne, comme Sepang. Presque 10 secondes de mieux que son précèdent record. Molki sera encore champion du monde cette année, c’est à parier.
  • Et puis, un des meilleurs circuits techniques, Monaco. Il va de soit que Molki a du attendre l’accident de Proteus pour être seul et tranquille sur la piste. Là aussi, il a encore gagné presque 5 secondes, depuis qu’il est passé sur Ferrari.

Rien à dire de la superbe prestation de notre pilote Français. Il n’est peut-être pas encore tout à fait au point, mais il est en train de se dévoiler et de se révéler comme étant le futur multi champion du monde de Formule 1. Nous sommes heureux d’apprendre que Proteus c’est finalement bien remis de son accident. Quant à Elfe, nous sommes persuadés qu’il a encore du pain sur la planche, et quelques années à prendre pour espérer un jour pouvoir décrocher une pole position face à Molki.

François Larange (Europe 1)

26 octobre 2003
Proteus grièvement blessé? (Reuter)

Après quelques heures passées en famille, Proteus devait prendre la route de Monaco pour y régler sa voiture en vue de nouveaux records de vitesse.

Or une photo des plus inquiétantes nous est parvenue il y a quelques minutes, nous montrant clairement la voiture de Proteus qui, après avoir apparemment touché le garde-fou de gauche (aileron arrière au premier plan), aurait dérapé et heurté de plein fouet le mur opposé (flèche), à la sortie du tunnel.

On se rappellera que ce passage constitue la parcelle la plus rapide de tout le circuit de Monte Carlo. L’accident serait-il le résultat d’une vitesse trop élevée avec une voiture pas encore au point? Nous n’en savons rien, mais nous attendons sous peu des nouvelles de notre équipe locale.

La première considération concerne évidemment l’état de santé de Proteus; dès que nous aurons des nouvelles à ce sujet, une édition spéciale sera publiée.

Dernière minute

C‘est avec soulagement qu’on a appris que Proteus se serait tiré presque indemne de l’accident de Monte Carlo. Les rumeurs parlent d’une fracture au pied gauche. Proteus est retourné chez lui pour une courte convalescence. Nous n’avons pu le rejoindre pour l’instant.

25 octobre 2003
Retour de Sepang (Rheuter)

C‘est un champion toutes catégories que nous avons accueilli ce soir à Montréal. Proteus, le pilote canadien de chez Renault, a fait un temps de 1:47.703 en Pro, plus tôt aujourd’hui, dans ses derniers tours. Avec son temps de 1:44.719 en mode Arcade, Proteus est invaincu sur cette piste.

« Je suis très satisfait pour le moment » nous a confié un Proteus souriant. « La voiture était docile, bien réglée. C’était un vrai plaisir de rouler sur cette piste ultra-moderne. Même les dérapages du train arrière se récupéraient sans problème. Bravo aux techniciens de Renault. »

Proteus insistait sur la qualité de la piste. Quand nous lui avons demandé si ce circuit réservait tout de même quelques pièges, le pilote fut locace. « Oh oui! Les courbes 10 et 13 sont convexes, on ne voit guère la piste devant soi. Dans les deux cas, elles se resserrent sans que les courbes 11 et 14 soient annoncées comme elles devraient l’être. On y perd du temps presque chaque fois, ces passages sont difficiles à anticiper. »

Et qu’en est-il de la courbe 4, très serrée, bosselée et amorçant une subite montée? « Oh! Celle-là s’anticipe très bien, le truc c’est de la prendre très serré vers l’intérieur, et on oublie les bosses. Autrement, on peut y perdre la stabilité du véhicule. Ironiquement, j’ai complètement manqué cette courbe lors de mon meilleur tour. Comme quoi je ferai sans doute mieux quand je reviendrai! » conclut notre champion en riant.

Circuit de Sepang

25 octobre 2003
Entrevue exclusive du jeune poulain de Jaguar
avec Christian Doctorat
Christian – Quel effet ça vous fait de vous retrouver enfin devant un
volant de F1?
Elfe – C’est un nouveau défi, j’ai toujours beaucoup aimé les défis. Vous savez j’ai déjà conduit dans plusieurs catégories de compétition et c’est toujours très excitant d’aller vers l’inconnu.
Christian – Que pensez-vous de votre nouvelle écurie?
Elfe – Je crois que c’est une excellente écurie, d’autant plus que
dernièrement ils ont fait du ménage et ça ne fait jamais de tort de se
débarasser de quelques têtes brulées, quand certains de tes pilotes viennent à voir rouge il faut t’en débarasser…
Christian – Et cette première journée comment s’est-elle passé?
Elfe – Pas trop mal, je suis un peu déçu tout de même au début de la journée la voiture réagissait très mal, il faut dire que la voiture était
anciennement celle de Molki, mais nous avons réussi à la réajuster un peu au cours de la journée. Mais il a fallu avant changer d’ingénieur en chef. L’ancien, celui en qui Molki faisait confiance, était un incompétent.
Malgré tout cela je crois qu’il possible de faire 1.10 même si mon temps de 1.19 n’est pas mauvais non plus.Christian – Eh bien merci cher Elfe et nous vous souhaitons une bonne saison.
Elfe – Merci.

Historique

Pseudonyme : Elfe
Age : 17 ans
Championnat a son actif : Go-Cart (1996), Rally (1998-1999-2001-2002)
Championnats dans lesquels le pilote fut présent : Rally, Go-Cart, Démolition
Derby, Nascar

(PUB)
Problèmes gastriques?
Essayez l’huile Mer 2!
Pour aller vite, très vite!

24 octobre 2003
Rumeur confirmée! (Rheuter)

Le jeune chauffeur canadien Elfe a bien été vu en Autriche, sur le A-1 Ring, au volant d’une Jaguar, établissant un temps de 1:38.429, et ce en mode Pro.

Nous avons pu apprendre de source habituellement fiable que Elfe ne compte pas se présenter dans la catégorie Arcade. Face à ce jeune compatriote, Proteus devra défendre ses arrières chez Renault! Molki ne sera pas inquiété. Pour le moment.

Proteus amusé

Mis au courant à Sepang de la différence entre la vitesse de pointe de sa Renault (318 km/h) et celle de la Ferrari de Molki (336 km/h) sur la piste de Monza, Proteus a eu un sourire qui en disait long. Invité à commenter, il lança « Des mots, des mots… Donnez-moi une voiture qui va à 400 km/h en mode Arcade, je vais vous montrer. Qu’on fasse 336 km/h à Monza en Pro, et on en reparlera… Si on a survécu! »

Dernière minute: Jeune terreur en Autriche

Le jeune Elfe a reculé les limites du possible en Autriche, avec un temps de 1:19.993 en mode Pro. Il ne fait pas de doute que l’écurie au logo de fauve a gagné beaucoup dans sa dernière transaction.

Interrogé au sujet de son tout jeune âge (17 ans!) face à la compétition qui l’attend, Elfe a déclaré sans détour que « c’est certain qu’à partir d’un certain âge, il est préférable de vider la place. Aller trop lentement peut être aussi dangereux qu’aller trop vite. »

A Sepang, la rumeur court que Proteus n’est rien de moins qu’enragé. « C’est facile de suivre avec un record à battre! » aurait-il dit. « Mais j’y reviendrai et je saurai enfin quel temps j’ai à faire! » Le Français Molki quant à lui fait repos pour quelques jours pour raisons familiales, aussi nous a-t-il été impossible d’obtenir ses réactions.

24 octobre 2003
Jaguar plein d’avenir (Rheuter)

Soulagée d’un contrat coûteux, l’écurie Jaguar s’est regarnie d’un jeune pilote dont elle tait le nom jusqu’ici. S’il s’agit bien du jeune Canadien Elfe comme les rumeurs le laissent entendre, Ferrari pourrait bien regretter d’avoir choisi son nouveau poulain qui, dit-on ici et là,  fait figure de vieux cheval.

Quant aux récents commentaires du pilote Molki, on a rejoint Proteus à Sepang. « Jaguar n’a jamais été cher à mon estimé collègue selon moi, mais la réciproque est sans doute vraie. Je crois que Jaguar s’en sortira gagnant, et qu’on verra peut-être la fin de l’ère italienne… Quant à moi, ma relation avec Renault est au beau fixe, et pour l’un comme pour l’autre, la fidélité est un gage de travail d’équipe. »

Des records chez MM2 pour Proteus?

Au sujet de son absence complète de la liste des records de Midtown Madness, le fougueux pilote canadien a été invité à commenter.

« Vous savez, je suis arrivé très tard dans ce milieu de Midtown Madness. J’ai toujours été champion, ou peu s’en faut, en F1. Cependant, en comparaison, MM2, c’est de la course aux réflexes, avec des bagnoles fantaisistes qui grimpent aux murs et tout ça. Si encore on limitait les compétitions à un modèle de véhicule précis, et un tant soit peu réaliste, le vrai pilotage, qui inclut anticipation, technique et expérience, aurait sa place, et je m’y intéresserait davantage. Les réflexes c’est bien, mais quand il n’y a plus que ça, je m’en tiens à ce qui m’attire, quoi… »

24 octobre 2003
C’est à peine croyable !

Molki, le seul compétiteur qui ait encore son nom qui figure dans le tableau des records de Midtown Madness 2, après tout de même un championnat du monde gagné chez Jaguar en mode arcade, a changé d’écurie. Vu ses performances il a pu choisir librement son nouveau partenaire, et a décidé d’aller courir aux cotés de son idole, Michael Shumacher, sur Ferrari. Les premiers résultats sont époustouflants, en mode arcade toujours, il a réussi à faire du 336 Km/h sur les droites de Monza en Italie, ce qui lui vaut un beau 1:35.051. Il faut dire que Molki est un excellent metteur au point et qu’il n’hésite pas à changer tous les paramètres de la voiture un à un, même si il faut s’arrêter à chaque fois, et refaire un tour non chronométré.
On se doit quand même de constater que cette vitesse foudroyante à été réalisée au saut du lit, entre 5h30 et 6h00 du matin.

Peut-être serait-il temps de remettre la bannière à jour demande Molki, « Jaguar restera une grande voiture dans mon coeur, mais Ferrari est devenu ma nouvelle passion. Mon objectif est d’être au moins 8 fois champion du monde de Formule 1 ». Molki part gagnant, et il a des raisons profondes, il ne faudra jamais oublier qu’il est né dans une voiture.

Mais que font les concurrents ?

Molki est stupéfait, il n’y a pour le moment, que 2 compétiteurs, le trop célèbre Molki et sa moitié, Proteus. Où sont passés les autres ? Pendant combien de temps ils pourront faire les temps qu’ils veulent ? Quand est-ce que d’autres pilotes viendrons compléter le tableau de chasse ? On le voit dans le précédant article, Proteus monte rapidement sur ses grands chevaux en disant à Molki qu’il allait bientôt pouvoir se rhabiller, mais ses 318 Km/h en Italie le laisse loin, très loin derrière Molki. Pourtant Proteus nous avait accordé : « Je suis dans une parfaite forme, la voiture est parfaite, le moteur tourne parfaitement rond, le châssis n’a jamais été aussi parfait, et je connais Monza comme ma poche. » Qu’est-ce qu’il se serait passé s’il n’avait pas été en pleine forme ce jour là ?
Du coup, il a repris l’avion, direction Sepang, là où Molki avait fait des temps pas terribles il est vrai, mais sous une pluie battante. Nous espérons bientôt voir ses temps par grand soleil.

Dernière minute : Un nouveau record tombe à Monza !

Aujourd’hui, 24 octobre 2003 à 6h30, Molki à retravaillé l’étalonnage de sa boîte de vitesse, le résultat est flagrant, toujours à Monza, la vitesse de pointe est passée à 338 Km/h dans la ligne droite des stands, et son meilleur tour (avec screenshot disponible) est passé à 1:33.730 soit presque 2 secondes de gagnées au tour sur son précédent record. A ce rythme là, Proteus n’est vraiment pas prêt de dépasser Molki.

23 octobre 2003
Un journal sportif ?

Ouaip. Désormais la compétition est ouverte, et déjà le Français Molki, au volant d’une Jaguar et Proteus, Canadien pilotant une Renault, se font la guerre en F1 sur votre site préféré.

Vous êtes invités, tous et toutes, à faire l’objet de reportages palpitants ici même ! Il suffit de participer à la course aux records sur Midtown Madness, sur F1 2002, ou sur un autre jeu (sujet à acceptation) !!! Vous pourrez lire toutes les nouveautés ici même!

23 octobre 2003
Proteus de retour de Monza

Le Canadien Proteus a établi un nouveau record de tour aujourd’hui à Monza en mode « Pro » avec un temps de 1:39.109. Il s’est rendu aussitôt en Malaisie en mode « Arcade », mettant plus de cinq secondes dans les dents du recordman sortant Molki avec un temps de 1:44.719. Questionné sur ses performances, Proteus s’est montré plutôt réservé dans son enthousiasme. « En Italie, la voiture était plutôt lente, avec une vitesse de pointe de 318 Km/h à tout casser. La piste de Monza est rapide, il y a moyen de faire mieux. » Y a-t-il d’autres obstacles sur cette piste? « Oui », nous répond très vite le pilote canadien. »Les chicanes. La première est très serrée, on peut y gagner ou y perdre beaucoup de temps. Quant aux deux autres qu’on rencontre, il est possible de les couper rapidement, mais alors on s’expose à  la disqualification… »

Comment le Canadien explique-t-il son succès de Sepang ? Le mode Arcade est-il plus facile ? « Non pas du tout. C’est très différent et très exigeant, parce que la voiture est bridée par les composants électroniques. On n’est laissé à soi-même qu’au niveau des ajustements de la voiture, et sur la piste, les brides ne laissent place à aucune erreur. Pas de tours de passe-passe, pas de dérapages, rien. C’est très technique. Parfois frustrant, même. »

Proteus a-t-il l’intention d’améliorer son temps de Sepang en mode Pro ? « Ça va de soi. Le temps actuel a été enregistré en pleine course, sans tentative de battre de record de vitesse. Ça va changer bientôt. »

Attendons de voir comment réagira son éternel adversaire, le redoutable Français Molki!

Le journal des sports
Ce serait sympa de voter
Faite le savoir, partagez !

Laisser un commentaire